A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Lundi 16 janvier
Saint-Sauveur-le-Vicomte
À la découverte du Parc des Marais
De son étendue à sa faune et sa flore en ...
› En savoir plus
 Vendredi 20 janvier
Marchésieux
Le marais blanc, miroir du ciel et fait du temps
Vastes prairies humides submergées par l ...
› En savoir plus
 Jeudi 23 février
Saint-Côme-du-Mont
Atelier pelotes et noisettes
Crânes, petits os, poils... Cet atelier ...
› En savoir plus
 Samedi 25 février
Saint-Côme-du-Mont
Osiers, paniers et compagnie
Durant deux jours, la Maison du Parc acc ...
› En savoir plus
 Dimanche 26 février
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au coeur des M ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Le Bocage, royaume de la haie



Crédit photo E. Genot, PnrMCB

Le bocage est localisé sur le haut pays. Il ceinture les prairies et les cultures dans un maillage serré ou large, parfois lanièré, tout en restant régulier. La présence de nombreuses haies sur talus donne parfois le sentiment d’être pris dans un labyrinthe. Seules quelques trouées permettent de retrouver des perspectives lointaines. La diversité du haut pays provient de la variété des haies. Le bocage à chênes et ormes domine le paysage.

Bocage à ormes

Toute une partie du Parc, notamment le Plain et le Bessin, était recouverte d’un bocage composé à plus de 70% d’ormes. La maladie de la graphiose, amorcée en 1976, a décimé cet arbre. La subite altération de ce bocage, jusqu’alors intact, a profondément modifi é le paysage. Les silhouettes décharnées ont meurtri les habitants. La sauvegarde des haies d’arbres de haut jet est alors devenu une priorité. Cet engouement a permis de maintenir et de renouveler un patrimoine remarquable. Les ormes, toujours sujets à la maladie, sont remplacés par plusieurs essences.

Bocage à frênes ou chênes

D’un vert plus léger et moins ombrageux que les chênes, les frênes sont très répandus sur l’ensemble du territoire. Ils apprécient les sols calcaires du Bessin littoral et du Plain. Bien conservées, ces haies sont souvent majestueuses. Quand le maillage est dense, l’orée d’une forêt apparaît. Autre présence de l’arbre : les prés-vergers situés sur le haut pays sont des petites parcelles plantées de pommiers et parfois de poiriers.
Bocage à chênes et ormes
S’adaptant à des terres humides et nécessitant un sol plus profond pour ancrer leurs racines, les chênes imposent leurs branchages tortueux. Leur vert sombre et dense domine les strates inférieures des haies, rendant moins visible la mort des ormes.
La haie est le plus souvent plantée sur un talus bordé d'un fossé. Elle remplit trois fonctions principales : l'effet brise-vent, la délimitation des propriétés, la fourniture du bois. Elle accompagne dans une lumière diffuse les chemins creux du bocage.
Aujourd'hui, la plupart des créations de haies se font à plat pour des raisons de coût et de main d'oeuvre.

La haie moyenne ou basse

Elle est souvent impénétrable, les arbustes serrés les uns aux autres ne laissent pas passer la lumière. Le gibier y trouve refuge. Selon l'entretien, la haie moutonne anarchiquement ou se contient dans une coupe rectiligne. Il est fréquent de trouver autour des villages un maillage complexe de ces haies basses. On y trouve parfois quelques arbres têtards au tronc droit et peu élevé. Cette partie de l'arbre appartient au propriétaire de la terre tandis que les branches sont destinées au locataire. Ceci explique la taille particulière de l'arbre, effectuée tous les 7 à 10 ans, de façon à fournir le plus de bois possible.

La haie haute

Elle présente des arbres à haut jet pouvant atteindre une trentaine de mètres tout en conservant une strate inférieure arbustive. Les troncs sont taillés pour devenir hauts et droits. L’élagage peut apporter une récolte de bois plus importante. Les arbustes sont taillés latéralement pour les limiter en largeur. De nos jours, le manque d’entretien rend ces haies plus inextricables. Elles ont évolué en même temps que les usages locaux.

A découvrir
Téléchargez le document A fleur de paysages


› A l’ouest, les havres, A l’ouest, les havres
› Ascension vers les monts, Ascension vers les monts
› Baie des Veys : passage de toutes les eaux, Baie des Veys : passage de toutes les eaux
› Le marais : entre le bocage et la mer, Le marais : entre le bocage et la mer
› Les landes boisées : un petit air du sud, Les landes boisées : un petit air du sud
› Plans de Gestion du Bocage, Bocage géré = haies préservées
› Un marais par vallée, Un marais par vallée