A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Dimanche 20 mai
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus
 Lundi 21 mai
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus
 Samedi 26 mai
Doville
La réserve naturelle de la Sangsurière et de l'Adriennerie
Profitez de la Fête de la Nature pour dé ...
› En savoir plus
 Samedi 26 mai
Lessay
La réserve naturelle de la tourbière de Mathon
Venez découvrir, avec sa conservatrice, ...
› En savoir plus
 Samedi 26 mai
Sainte-Marie-du-Mont
La réserve naturelle de Beauguillot
Dans le cadre de la Journée portes ouver ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Halte migratoire


 

 





Faire escale

Halte migratoire

Le Parc se situe au cœur de la voie migratoire Est Atlantique qui draine les oiseaux (en particulier mouettes, limicoles, canards, pigeons, grives, étourneaux) nichant dans le nord de l’Europe (Scandinavie, Pologne, pays baltes, nord de la Russie et ouest de la Sibérie) et les îles britanniques. Les marais et les vasières de la baie des Veys ou du Havre de St-Germain sur Ay sont autant de précieuses haltes migratoires entre les sites de reproduction et les quartiers d’hivernage (zone sahélienne pour les plus lointaines).

Les vasières sont particulièrement attractives pour les limicoles et les mouettes. Par exemple au mois de mai, plus de 3% des Grands Gravelots européens peuvent être comptés en Baie des Veys et sur les plages de la Côte Est.
Lors de la migration de printemps, les marais, s’ils sont suffisamment inondés, peuvent servir de halte à d'importants effectifs de Canard pilet ou de Canard souchet.
De manière plus générale, la préservation des zones humides est primordiale pour bon nombre d’espèces migratrices car elles permettent des haltes régulières où les oiseaux peuvent reconstituer les réserves nécessaires au vol. Au printemps, la qualité de ces haltes est d’autant plus cruciales, qu’une partie des réserves accumulées serviront à garantir le succès de la reproduction.

Voir la galerie de photos
  >Quartier d'hivernage, le littoral de la baie des Veys et de la côte Est accueille régulièrement plus de 25 000 limicoles en hivernage.

› Les oiseaux, le Parc, reconnu RAMSAR
› Les oiseaux nicheurs, Oiseaux nicheurs