A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Samedi 24 février
Créances
Sur la piste des salamandres
Au cours d’une balade nocturne guidée pa ...
› En savoir plus
 Dimanche 25 février
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus
 Mardi 27 février
Saint-Côme-du-Mont
Land art au jardin
Lors d’une balade au jardin, les artiste ...
› En savoir plus
 Mardi 27 février
Saint-Germain-du-Pert
Marais et gourmandises au rythme des chevaux
Au départ des Vergers de Romilly, partez ...
› En savoir plus
 Mardi 27 février
Saint-Sauveur-de-Pierrepont
Zones humides, zones utiles !
Pour illustrer la journée mondiale des z ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Quartier d’hivernage


 



Quartier d’hivernage


Le littoral de la baie des Veys et de la côte Est accueille régulièrement plus de 25 000 limicoles en hivernage. La vie de ces oiseaux est rythmée par les marées et est partagée entre les zones d’alimentation ou gagnage sur les estrans vaseux, à marée basse, et les reposoirs à marée haute, notamment les bancs sablonneux ou les mares des Réserves Naturelles.
Le Bécasseau variable, l'Huitrier-pie et le Courlis cendré forment l'esentiel du contingent. Lors d’épisodes climatiques rigoureux dans le nord de l’Europe, le site peut également servir de refuge à certaines espèces ; par exemple en janvier 1997, plus de 10 000 Huitrier-pie ont stationné en baie des Veys soit près de 10% de l’effectif français classique.

Les canards, oies et foulques utilisent également les marais. Ils se rassemblent en journée dans des secteurs en eau et tranquilles, les remises diurnes, et une majorité d’entre eux se dispersent la nuit dans l’ensemble des marais du Cotentin et du Bessin et la Baie des Veys pour se nourrir.
A la mi-janvier, le site abrite de 9 000 à 14 000 canards. La Sarcelle d’hiver et le Canard siffleur sont les espèces les plus nombreuses/

Enfin, grives, pigeons et autres passereaux (Pinson des arbres, Verdier ou Mésange charbonnière,…) investissent en nombre les bocage, ses haies riches en fruits et graines, ses prairies riches en lombrics et même les chaumes des cultures.

Voir la galerie de photos

>Halte migratoire, le Parc se situe au cœur de la voie migratoire.

› Les oiseaux, le Parc, reconnu RAMSAR
› Les oiseaux nicheurs, Oiseaux nicheurs